Edito

L’année 2017 verra se tenir un grand nombre de colloques de différentes sections de l’AFIRSE, ce dont nous nous réjouissons chaudement.

  • D’abord a eu lieu le colloque de la section portugaise, qui s’est tenu au début de ce mois de février, sur le thème : L’école : dynamique et acteurs.
  • Viendra ensuite le colloque de la section canadienne, annoncé pour les 1,2 et 3 juin 2017 à Montréal (Université du Québec à Montréal, UQAM) - Thème : Recherche et enseignement universitaires : À la poursuite d’un équilibre 
  • En juillet (les 10, 11 et 12), la section française organise son colloque intitulé : Coopération, éducation, formation — La pédagogie Freinet face aux défis du XXIe siècle

A cette occasion aura lieu

L’ASSEMBLEE GENERALE ANNUELLE ORDINAIRE DE L’AFIRSE.

Notez-le bien sur vos tablettes !

  • Enfin, le projet d’un colloque au Brésil (Amazonie) se met en place petit à petit. Pour le moment, nous ne disposons pas de détails ni de précisions, sauf concernant la date (septembre). Nous vous tiendrons au courant dès que possible.

Par ailleurs, il semble pertinent de relancer les groupes de réflexion, qui avaient déjà été mis en place sous les présidences précédentes, mais qui n’ont pas fonctionné très efficacement

Lire la suite...

Congrès

Le congrès AFIRSE 2015 a eu lieu à Lecce (Italie) à l'Université de Salento, 

du jeudi 21 mai au samedi 23 mai 2015

Il a eu pour thème : "Cultures et éducation - Recherches utopies et projets".

Télécharger le programme détaillé et les informations complémentaires

LES PROCESSUS INFORMELS DANS LES GROUPES

Année de la recherche en sciences de l'éducation 2016
L'année de la recherche en sciences de l'éducation n°2016
Sous la direction de Jean Vannereau
Association AFIRSE
AFIRSE - Association Francophone Internationale de Recherche Scientifique en Éducation 
ISBN : 978-2-343-10282-5 • novembre 2016 • 242 pages 

Commander l'ouvrage sur le site de l'éditeur

Le groupe constitue la voie d'accès essentielle au collectif. C'est également la situation collective la plus courante. On y échange, on peut y élaborer des projets, des pensées. En explorant une variété de situations, les contributeurs de cet ouvrage montrent comment le groupe, en tant que variable sociologique, constitue l'accès privilégié à la logique collective. Conçu comme une "table ronde", ce livre discute les avancées de la recherche en psychosociologie.

 

Le groupe constitue la voie d’accès à la fois courante et essentielle au collectif. Nous n’avons jamais contact avec l’ensemble des citoyens d’un pays. Au sein d’une foule qui vibre lors d’un grand événement, nous avons parfois l’impression d’être à l’unisson de cette foule, d’être traversé par la même sensation, mais c’est invérifiable. Le groupe est la situation collective la plus proche, la plus courante. On y échange, on peut y écouter et être écouté, on peut y élaborer des projets, des pensées… Il constitue l’accès privilégié au niveau logique collectif.

Le dossier explore une variété de situations. Jean-Claude Sallaberry montre comment la parole d’un groupe de formation permet de révéler des processus informels (plus ou moins intriqués avec d’autres plus formalisés), en interrogeant le caractère évanescent ou plus ou moins durable de ces processus. Denis Bignalet-Cazalet reprend lui aussi la parole d’un groupe de formation et met en évidence un processus informel de “falsification” : le groupe énonce une parole “publique“ qui constitue une dénégation de ce qui se met en place dans le réel. Jean Vannereau étudie la structuration informelle d’une promotion d’élèves ingénieurs (la “promotion solidaire”), envers de la structuration officielle instituée par l’école à travers les associations qu’elle met en place.

Patrick Obertelli travaille sur les groupes opérationnels (militaires, notamment) et met en évidence les processus imaginaires, en soulignant l’importance de la relation de ces groupes à leur environnement. Christophe Niewiadomski exploite une réunion d’équipe pluridisciplinaire en foyer d’action éducative. À l’aide d’un outil original, la “courbe de température de situations problèmes, il met en évidence un processus informel remarquable, l’invalidation de la parole d’un des membres de l’équipe. Sylvie Barbier et Laurence Bergugnat reprennent la démarche d’accompagnement d’une équipe, dans un collège innovant, en privilégiant ce qui a trait au changement et à la résistance au changement. Alain Baudrit centre son travail sur les processus de coopération et de collaboration au sein des équipes pédagogiques. 

 

La “table ronde“, en faisant ostensiblement référence à l’ouvrage collectif de 1997, L’aventure psychosociologique, pose la question “où en sommes-nous de l’aventure psychosociologique ? ” Les collègues et amis qui ont accepté de se lancer dans l’aventure d’une réponse à cette question ont pour noms : Jean-Paul Abribat, Marcel Bolle de Bal, Patrick Boumard, Bernard Honoré, Marc Guiraud, Vincent de Gaulejac, Alexandre L’Hotelier, André de Peretti, Jean-Claude Sallaberry, Jean Vannereau.